Ouverture de capital, les règles à suivre

ouverture de capital

Toute demande de financement doit être intelligemment préparée. Zoom sur la démarche d’ouverture de capital pour les PME/TPE.

Un projet passé à la loupe…

L’investisseur va s’interroger sur des questions clefs à la lecture du projet : Est-ce qu’il y a un marché pour ce type d’idée ? Comment le chiffrer ? Est-ce que j’ai envie d’intégrer cette équipe projet ? ou encore : Quelles vont être les entreprises financées ?

Différents types d’investisseurs

Le financement peut venir par exemple de Business Angels. Les Business Angels vont participer au projet financièrement mais également s’y impliquer. L’investissement peut également provenir d’un organisme de microcrédit qui va financer sous forme de prêts, les créations de sociétés individuelles (financement maximum de 10 000 euros). Les fonds d’investissement sont réservés quant à eux aux investissements supérieurs à 200 000 euros. Le porteur de projet doit ainsi commencer par réaliser un plan de financement et définir qui va payer quoi ?

Les écueils à éviter

A la présentation de votre projet, il vous faut établir un portrait des concurrents sérieux présents sur le marché.  Si à l’inverse il n’y a pas de concurrents, l’investisseur pourra en conclure qu’il n’y a pas de marché ! De plus, si l’équipe projet est au complet, l’investisseur ne viendra pas l’aider. Il n’a pas envie d’être une simple tirelire et souhaite apporter ses compétences au projet. La clé d’un projet réussi est d’être capable de revoir ses objectifs et d’opter pour une bonne communication entre l’entrepreneur et les techniciens qui l’accompagnent.

L’investisseur et le premier bulletin de santé

Pour suivre les évolutions structurelles d’une entreprise, l’investisseur s’appuie davantage sur une batterie de ratios et des questionnaires plutôt que sur des états financiers. Ces derniers permettent d’avoir une idée des montants en jeu comme par exemple les excédents de dettes exigibles sur les créances recouvrables et les disponibilités. Afin de mesurer la solvabilité d’une entreprise, sa création de richesses, ses ressources, etc. des ratios sont utilisés. Les ratios d’analyse financière correspondent à un rapport entre deux grandeurs (ex : bénéfice/ventes, stocks/consommation de matière).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *