L’affaire GameStop ou la révolution française de la finance

affaire gamestop


Depuis quelques jours, l’affaire GameStop fait couler beaucoup d’encre et de salive et suscite énormément de remous dans le milieu de la finance. Selon un proche de l’ancien président américain, on assiste à une révolution française de la finance.

L’affaire GameStop expliquée

À l’origine, GameStop est une société américaine spécialisée dans les consoles et les jeux vidéo. Elle possède Micromania en France, des plateformes de trading et aussi un mécanisme de vente à découvert appelé short selling. 

Le but de ce mécanisme est de parier sur la baisse éventuelle d’une action. Le hic est que si l’action monte, le parieur peut perdre gros. En revanche, si l’action chute, celui-ci ne risque que le montant investi.

À titre d’exemple, si une action vaut 10 dollars et que la société est en faillite, le parieur ne perd que ses 10 dollars. Par contre, si elle monte à 100 dollars alors qu’il avait été revendu à 10 dollars, l’investisseur ne peut le reprendre qu’à son cours actuel, soit une augmentation de 90 %.

C’est ce qui s’est réellement passé. Certains particuliers se sont entendus pour acquérir massivement les actions de la société GameStop. Cette dernière n’avait pourtant pas une bonne santé financière, et les spécialistes de la bourse avaient parié sur la baisse de ses actions. En effet, la firme était en difficulté, car ses clients préféraient jouer en ligne. Ce qui a fait baisser ses actions qui, en mars 2020, valaient 2,57 dollars.

La conséquence de ces prévisions a été la hausse des cours. Des hedges funds comme Melvin Capital ont parié sur une dégradation progressive de la situation et vendu leurs actions à découvert. Ce qui n’a pas manqué de donner des sueurs froides aux traders. 

Une situation qui a profité à certains d’entre eux, puisqu’ils ont réalisé de gros profits. Par contre, beaucoup y ont laissé des plumes. Melvin Capital a dû recourir à un emprunt de 2,7 milliards de dollars auprès de ses concurrents pour pouvoir rester dans la course.

Les gagnants de la partie sont les boursicoteurs (des millions) à l’origine de la situation. Ces derniers, qui s’ennuyaient pendant la crise de Covid-19, se sont initiés aux jeux de la bourse aux temps forts de la pandémie. 

Le mot d’ordre a été lancé sur le réseau social Redit ainsi que sur Twitter et Facebook. Une publicité qui a contribué à faire monter, de façon exponentielle, les actions de GameStop dans le but de ruiner Melvin Capital et autres géants de la finance.

D’ailleurs, dans cet article, vous pouvez lire un résumé de l’affaire Gamestop très bien illustrée avec une vidéo et plusieurs infographies explicatives et graphiques comme :

  • Une action, c’est quoi ?
  • Le principe de la vente à découvert
  • La réaction de du Hedge Fund américain qui attendait la faillite de Gamestop
  • Le short Squeeze de l’action Gamestop entre le 01/01/2020 et le 21/02/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.