L’Irlande, l’Eldorado de l’impôt sur les sociétés ?

ireland ficalité

L’Irlande, l’Eldorado de l’impôt sur les sociétés ? Le pays parviendra-t-il à sortir de la faillite ?

Le « tigre celtique » ne rugit plus

Depuis le début des années 2000, l’Europe entière jalousait la croissance de l’Irlande, véritable Eldorado pour les entreprises. En pratiquant une fiscalité très basse sur les sociétés et les créateurs, le pays a attiré un grand nombre de multinationales et ainsi assuré une croissance vertigineuse.

De nombreux emplois ont été créés, à des niveaux de salaire très intéressants. Les capitaux aussi ont afflué vers l’Irlande, provoquant un développement débridé et instable. L’Union européenne avait alors planché sur une harmonisation fiscale afin de remettre les états sur un pied d’égalité et empêcher la fuite des capitaux vers de tels paradis fiscaux.

Seulement le retour de bâton a été violent, et l’Irlande s’est vue forcée d’accepter l’an dernier un plan d’aide financière devenu nécessaire.

Le secteur bancaire au bord du gouffre

En effet, la situation est devenue plus que critique pour les banques irlandaises qui ont toutes accusé des pertes colossales. La première banque du pays, Anglo Irish Bank annonçait en 2009 avoir perdu 12,9 milliards d’euros, et presque autant au premier semestre 2010.

Et les résultats n’étaient guère plus satisfaisants pour ses principales concurrentes. Pire, selon les analystes de Fitch, les prévisions ne promettaient pas de meilleurs lendemains : « «Il reste une forte incertitude quant aux potentielles futures pertes des établissements irlandais, notamment sur leurs prêts hypothécaires ».

Afin de sauver le secteur en interne, l’Etat avait déjà procédé à un plan de soutien à hauteur de 46 milliards de fonds propres et de nombreuses dispositions avaient été prises conjointement. Débordée par l’état de ses finances, l’Irlande avait dû faire appel à l’Union Européenne et au FMI qui avaient alors accordé 85 milliards d’euros pour sa restructuration.

Vers une sortie de crise ?

Mais aujourd’hui, la situation est bien différente.

Sachant tirer profit des aides de l’UE et du FMI mais aussi de la forte hausse des exportations, l’Irlande, à contre-courant des autres pays de l’Union Européenne, a enregistré au deuxième semestre une croissance étonnante, confirmant ainsi le supposé rebond de son économie.

Après avoir renoué avec la croissance au début de l’année, elle a publié il y a quelques jours les résultats du second semestre : le PIB a augmenté de 1,6% par rapport au semestre précédent, un chiffre qui contraste avec ceux de la Grèce et du Portugal, deux autres pays ayant reçu une aide financière massive de la part de l’Union Européenne.

L’Irlande semble donc sortir peu à peu de la crise, mais elle doit cependant rester prudente. La faible demande intérieure actuelle témoigne encore de sa fragilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *