Prêt étudiant : l’indulgence des banques

prêt étudiant banque

Avec la crise sanitaire actuelle qui secoue presque tous les pays, nul ne peut s’empêcher de faire recours aux prêts. Ayant pris conscience de la situation, les banques ont décidé de soulager les emprunteurs en allégeant leurs politiques de prêts.

L’aide des banques françaises aux étudiants emprunteurs

Aujourd’hui, nul n’ignore que le marché de l’emploi est déjà saturé. Cet état de choses est empiré par la pandémie du coronavirus et constitue un véritable casse-tête pour les étudiants qui ploient déjà sous des dettes. Pour cela, les banques françaises ont pris la décision de les soulager en mettant en place de nouveaux systèmes bien alléchants.

Ainsi, Crédit Agricole a pris l’initiative des prêts « coup de main » qui seront à 0 % pour des sommes pouvant aller jusqu’à 5 000 euros. Ces crédits seront remboursables dans un délai de quatre ans. De son côté, la banque postale propose des taux de 0,1 % pour les montants qui iront à 10 000 euros. 

Toutefois, il faudra vite tirer profit de ces offres, car elles prendront fin le dernier jour du mois d’août. Aussi, pour les débiteurs dont les échéances de solvabilité arrivent à terme en mars, ils bénéficieront d’une franchise supplémentaire.

La Société Générale ne reste pas en marge de ces bonnes initiatives. En effet, elle offre un rallongement du délai de remboursement à ses clients. Selon Helno Eyriey, l’indulgence et la compréhension doivent être les qualités à avoir durant ces moments. Cependant, il n’est nullement question pour les banques de supprimer les divers frais.

La tendance haussière du nombre de prêts étudiant

Grâce à un système de prêt établi par le gouvernement, les étudiants français peuvent obtenir des crédits pouvant atteindre les 15 000 euros. Ce montant est doublé chaque année et le prêt est octroyé à ceux qui ont moins de 28 ans. Par ailleurs, il est placé sous la couverture du gouvernement qui le cautionne à un taux de 70 %.

Bien qu’il y ait des incertitudes sur la situation économique, les prêts étudiants ne devraient pas connaître de bouleversements. Il est question d’un « produit d’appel majeur » pour les banques. De ce fait, l’augmentation des prêts de 12 % opérés chaque année par le Crédit Agricole devrait suivre son cours.

Cependant, le chronogramme pourrait être affecté. Si le mois de mai marque le début des demandes, on pourrait s’attendre à une amélioration de la situation en septembre. Rappelons que plus de 300 000 crédits sont mis à la disposition des étudiants chaque année d’après l’UNEF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *